fbpx

avril 8

2 comments

L’Ankou, ou l’histoire d’une photo maudite

By ManuBZH

avril 8, 2023


Cette photo a failli ne jamais exister.

Et pourtant, je l'avais en tête depuis un moment : elle est un maillon essentiel de ma série "Menez Are Menez Du", elle représente le point de basculement de l'histoire.

Mais rien ne s'est passé comme prévu quand j'ai voulu la prendre.

Un voyage inattendu

Déjà, la route.

Il fallait que je me rende dans un petit village, à la lisière des Monts d'Arrée. Autant dire qu'il faut apprécier les petites routes  et les virages pour l'atteindre. J'avais donc prévu le temps de trajet, avec de la marge, pour arriver sur place et profiter encore de la lumière du jour. En revanche, ce que je n'avais pas anticipé, c'était l'interminable déviation. Résultat : je me suis complètement paumé dans la campagne finistérienne. Même le GPS était contre moi, puisqu'il s'obstinait à me renvoyer vers la route barricadée.

Et pendant ce temps-là, les dernières lueurs du jour disparaissaient à la vitesse d'un influenceur qui devient expert en Intelligence Artificielle.

L'Ankou a décidé de ne pas se laisser photographier

Je finis par arriver sur place, et, évidemment, il fait nuit. Empli d'une confiance à toute épreuve, je me dis "pas de problème, j'ai l'habitude". Je sors le trépied (pour une fois qu'il va me servir celui-là) et j'installe le matériel.

Ce faisant, je trouve que mon appareil photo est anormalement léger. Après une brève enquête, la conclusion est sans appel : j'ai laissé les batteries à la maison !

"Pas grave", me dis-je pour me rassurer #positiveattitude, j'ai mon appareil de secours. Certes il a plus de 10 ans, mais il fonctionne toujours aussi bien, même s'il n'est pas aussi performant en basse lumière. Pour tenter de contourner cette difficulté, je vais devoir utiliser le pauvre petit flash intégré, vu que je n'ai que ça sous la main. Je viens de me taper une heure de route, je ne vais quand même pas abandonner maintenant pour une histoire de flash.

Je pense que ce soir-là, les Dieux de la Batterie s'étaient ligués contre moi. Rebelote, la batterie de mon deuxième appareil est quasiment vide. Et le flash, ça consomme à mort. Je comprends alors que je ne vais pas avoir beaucoup de marge pour prendre ma photo.

D'habitude, j'aime prendre mon temps pour tester et ajuster les cadrages et la lumière. Mais ce soir, je n'aurai pas le loisir de tester, il faudra être efficace ! Histoire de gagner un pouillème d'autonomie,  je désactive tout ce qui peut utiliser le moindre électron, dont le viseur et l'écran arrière.

La situation est grave, mais pas désespérée.

Résumons la situation : quasiment plus de batterie, pas de viseur, pas d'écran arrière. Il fait nuit, et mon sujet est dans le noir. Toutes les conditions sont ainsi réunies pour rater ma photo, et m'être déplacé pour rien.

En vertu de quoi, je tente.

Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de prendre en photo un sujet quasiment invisible, dans la pénombre, et sans viseur. Eh bien, sachez que ce n'est pas hyper intuitif. Il faut donc trouver des parades. Alors, juste avant de prendre les photos, j'ai essayé de m'imprégner de la position, pour que mes muscles aient un minimum de repères. Car même si je shoote large au grand angle, il suffit de bouger de quelques millimètres pour que la cadrage soit foiré (la preuve en images ci-dessous). 

Finalement, je me lance. Je déclenche complètement à l'aveugle 5 fois en essayant de garde ma position. Je n'ai même pas pu vérifier sur le moment ce que j'avais pris, la batterie a rendu l'âme après la 5ème photo.

Je remballe le matériel, et je rentre en me maudissant (et en me retapant la déviation, mais cette fois, dans l'autre sens).

Et finalement…

Arrivé devant mon PC, je regarde les images obtenues pendant cette glorieuse session. On voit bien que j'ai cadré au pif sur 2 d'entre elles : le sujet est coupé en 2.

Heureusement, la 5ème photo est la bonne. Un coup de recadrage, de réhausse des contrastes et des couleurs, et j'ai pu l'incorporer dans ma série, comme je l'avais projeté. Ouf.

Cette photo a failli ne jamais exister, mais finalement, elle est là.

Depuis, je suis TRES vigilant sur l'état de mes batteries, et j'en prends toujours 2 en rechange.

Bretagne, Brittany, Monts d'Arrée, Montagnes Noires, légendes, legends, cœur de Bretagne, Kreiz Breizh, Ankou

Je vous mets les autres photos prises ce soir-là, vous verrez les cadrages approximatifs.

Au fait, c'est une photo d'une représentation de l'Ankou, le messager de la Mort dans la culture bretonne. Je vous renvoie vers l'internet mondial si vous voulez en savoir plus.


Vous ne voudrez pas manquer mes prochains articles, ou mes annonces. Alors confiez-moi vote adresse mail.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Ça pourrait aussi vous intéresser…

    >